4 domaines distincts répondant à une même problématique : L’innovation est-elle la clé pour assurer la pérennité de notre planète ?

4 domaines distincts répondant à une même problématique : L’innovation est-elle la clé pour assurer la pérennité de notre planète ?

4 domaines distincts répondant à une même problématique : L’innovation est-elle la clé pour assurer la pérennité de notre planète ?

 

Nous connaissons tous les énergies renouvelables comme les éoliennes, les panneaux  photovoltaïques ou encore les installations hydroélectriques. Cependant, d’autres innovations se projettent à l’horizon avec de nouvelles réformes écologique. Pourront-elles nous apporter des solutions viables pour nos villes énergivores et nos installations polluantes ?

Ce peut être un début :

1. « La France veut verdir son budget 2020 pour le rendre compatible avec l’accord de Paris ». Voici une accroche éloquente qui en dit long sur les changements de politique écologique à venir.

Ce principe a été présenté au « One Planet Summit » en décembre 2017 à Paris et réaffirmé à la sortie du premier Conseil de défense écologique qui s’est tenu le 23 mai dernier par le Premier ministre Édouard Philippe.« Nous allons faire en sorte que l’impact de nos décisions budgétaires soit systématiquement passé au crible de nos engagements environnementaux« , a annoncé Edouard Philippe. Cette réforme va être appliquée lors de la prochaine loi de finances, votée à la rentrée 2019.

En ce sens, une première solution durable pourrai être apportée : « Eclairer les villes de demain avec une technologie verte »

Un exemple concret : Un éclairage luminescent végétal

Avec Aglaé, une START UP créée par Sophie Hombert, nous avons peut être la solution pour l’éclairage nocturne des villes en utilisant une technologie verte. Grace à une innovation créative, Aglaé propose un concept de végétal luminescent, unique au monde afin de se lier à la nature et lui attribuer un rôle utilitaire grâce à l’éclairage urbain.

4 domaines distincts répondant à une même problématique :  L’innovation est-elle la clé pour assurer la pérennité de notre planète ?
4 domaines distincts répondant à une même problématique : L’innovation est-elle la clé pour assurer la pérennité de notre planète ?

« Nous avons une ambition forte d’aller vers la transition écologique et d’éclairer les villes de demain avec une technologie verte » s’est exprimée Sophie Hombert. Peut-être que cette innovation écologique sera l’un des nombreux investissements entrant dans le cadre du budget vert, qu’a évoqué le Premier ministre Édouard Philippe ci-dessus…

*Pour plus d’informations, vous trouverez en bas de cet article, les URL sources.

 

 

2. « Le puits provençal : une alternative au climatiseur pour combattre la canicule »

Avec ces épisodes de canicules qui ne sont pas prêt de se réduire, le marché du climatiseur est en plein essor. Malheureusement ce système n’est pas viable sur le long terme sur un plan environnemental.

Selon les experts, ces appareils augmenteraient la température extérieure de près de 2° C dans les zones urbaines fort équipées. Sans compter qu’ils consomment énormément. En cas de fuite, les gaz réfrigérants qu’ils contiennent sont aussi particulièrement nocifs pour la couche d’ozone. « Il existe une alternative verte et peu énergivore : le géocooling. »

 Dans sa version la plus simple, le principe d’un puits climatique consiste à puiser de l’air à l’extérieur, à le faire circuler dans un conduit enterré où, selon la saison, il se réchauffera ou se refroidira, puis à l’insuffler dans le bâtiment par un ventilateur. A une certaine profondeur, la température du sous-sol est en effet constante, été comme hiver : de l’ordre de 10 à 12°C.

Lorsque l’installation est principalement destinée à rafraîchir l’habitation pendant l’été, on l’appelle puits provençal. Si l’objectif est plutôt de préchauffer l’air frais pour ventiler le bâtiment pendant la saison froide elle est dénommée puits canadien. Dans ce cas elle sera souvent accouplée à une pompe à chaleur.

 Une solution « verte » qui utilise de l’énergie renouvelable. Bien-sûr cette technique ne sera pas envisageable pour toutes les habitations mais ce peut être une première solution écologique et économique durable.

4 domaines distincts répondant à une même problématique :  L’innovation est-elle la clé pour assurer la pérennité de notre planète ?
4 domaines distincts répondant à une même problématique : L’innovation est-elle la clé pour assurer la pérennité de notre planète ?

 

3.  « L’éco-conception web : l’avenir des sites internet ? »

Le web est/peut-il être « écologique » ? Et bien pour le moment c’est loin d’être le cas ! Savez-vous que 2% des émissions mondiales de carbone proviennent de l’électricité utilisée par internet et que ce chiffre est en augmentation croissante ? Avec l’expansion des réseaux sociaux et des plateformes de streaming, le web ne peut, aujourd’hui, pas être laissé de côté dans la transition énergétique que l’être humain doit s’engager. L’éco-conception web consiste à réduire l’impact environnemental et économique des logiciels par l’amélioration de leur conception et de leur réalisation tout en gagnant en performance.

Plusieurs entreprises, agences et collectifs, dont fait partie Aristys, ont fait le choix de se démarquer en se spécialisant dans l’éco-conception web, afin de faire partie de ce mouvement mondial de l’innovation pour l’environnement (et pourquoi pas vivre un Siècle Bleu). L’ensemble des interventions pour éco-concevoir un site web s’appuie sur trois principes fondamentaux : la simplicité, la sobriété et la pertinence. En prenant en compte les impacts du cycle de vie d’une prestation, depuis l’extraction des matières premières jusqu’aux déchets issus de la fabrication, ainsi que leur transport et leur utilisation. Le produit éco-conçu vise à remplir une fonction et satisfaire un besoin avec la meilleure éco-efficience possible de manière à minimiser son impact environnemental.

cycle-de-vie-service-numerique
cycle-de-vie-service-numerique

*Pour plus d’informations, vous trouverez en bas de cet article, les URL sources.

 

4. « 600 000 tonnes de plastiques rejetés chaque année dans la méditerranée, selon le WWF »

« Les pays du pourtour méditerranéen gèrent très inégalement leurs déchets plastiques. Une bonne partie n’est pas collectée et se retrouve dans la nature et bien souvent dans les eaux de la grande mer qui périt déjà de cette pollution. 600 000 tonnes s’ajoutent chaque année, dont 250 000 tonnes venues d’Égypte. La France est le plus gros producteur de déchets plastiques mais seulement 2 % ne sont pas collectés. »

4 domaines distincts répondant à une même problématique :  L’innovation est-elle la clé pour assurer la pérennité de notre planète ?
4 domaines distincts répondant à une même problématique : L’innovation est-elle la clé pour assurer la pérennité de notre planète ?

Selon un article dont vous trouverez la source en bas de celui-ci, nous avalons chaque semaine 5 grammes de plastiques qui est l’équivalent du poids d’une carte de crédit.

La cause, selon un rapport de l’université de Newcastle pour le WWF, nous ingurgitons ces microparticules de plastique principalement en buvant de l’eau en bouteille mais également en mangeant des fruits de mer, qui eux-mêmes avalent nos déchets plastiques.

 

Une solution accessible à tous : Les gourdes en verre ou en plastique recyclé.

« La gourde, jusqu’à plus soif »

La gourde, « je crois que c’est le premier petit geste individuel qu’on peut tous faire » selon Olivier un Parisien qui souhaite réduire sa consommation de plastique. De plus en plus de Français, par volonté de réduire leur impact sur l’environnement, tentent de réduire leurs déchets et investissent dans une gourde.

Voici une création innovante de la start up Gobilab: Les gourdes « Gobi » éco-conçues made in France en deux formats.

4 domaines distincts répondant à une même problématique :  L’innovation est-elle la clé pour assurer la pérennité de notre planète ?
4 domaines distincts répondant à une même problématique : L’innovation est-elle la clé pour assurer la pérennité de notre planète ?

C’est le créneau investi par l’entreprise Gobilab, dont le « Gobi » connaît un succès fulgurant depuis qu’elle a été partenaire de la COP21 en 2015. Cette « gourde écolo personnelle » est fabriquée par injection plastique et tous les résidus sont récupérés durant la production. Les plastiques utilisés sont dits « plastiques biosourcés », c’est-à-dire d’origine totalement ou partiellement renouvelable.

Une gourde permet sans aucun doute d’économiser des déchets plastiques. Mais pour être vraiment écolo, il faut que l’utilisateur s’approprie l’objet sur le long terme. « C’est comme les tote bag (sacs en tissu) : si on en acquiert cinquante, cela n’a pas d’intérêt », reconnaît Florence Baitinger.

Pour y parvenir, le produit « éco-responsable » doit être développé sur la base d’habitudes de consommation, afin de ne pas voir l’objet produit délaissé et non utilisé, bref devenir un gadget. Pour Florence la fondatrice de Gobilab, c’est mission accomplie, via le made in France : « on entend souvent “le savoir-faire n’existe qu’en Chine, nous n’avons pas le choix, et ce n’est pas vrai. La preuve avec Gobilab ».

 

J’espère que cet article aura pu vous convaincre que chacun peut être innovant et œuvrer pour la sauvegarde de notre planète, par toutes sortent de petits gestes anodins. Le monde se tourne progressivement vers l’éco-responsabilité et il faut l’y encourager.

Article rédigé par Marion Metais
Aristys

Sources :

https://www.novethic.fr/actualite/environnement/climat/isr-rse/la-france-veut-verdir-son-budget-2020-pour-le-rendre-compatible-avec-l-accord-de-paris-147372.html

https://www.evenement.com/startups/aglae-eclairer-villes-avec-technologie-verte/?_ope=eyJndWlkIjoiOWRjMmU3Y2I4ZDg2NDc3MTU2MTcwYTUwZDEwMzA5ODgifQ%3D%3D

https://www.revolution-energetique.com/le-puits-provencal-une-alternative-au-climatiseur-pour-combattre-la-canicule/

https://www.webmarketing-com.com/2018/04/12/79971-leco-conception-web-lavenir-des-sites-internet

https://www.novethic.fr/actualite/environnement/pollution/isr-rse/600-000-tonnes-de-plastiques-rejetes-chaque-annee-dans-la-mediterranee-selon-le-wwf-147348.html

https://www.novethic.fr/actualite/environnement/pollution/isr-rse/chaque-semaine-un-individu-moyen-avale-en-plastique-le-poids-d-une-carte-de-credit-147363.html

https://www.lepoint.fr/environnement/la-gourde-jusqu-a-plus-soif-02-07-2019-2322201_1927.php

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s